Projet scientifique

Historiens, archéologues et philologues invoquent fréquemment l’œuvre de Vitruve comme témoin privilégié des techniques et de l’architecture romaines. Ils le font parfois de manière abusive mais la démarche est, sur le fond, justifiée par la nature même de son œuvre. Le De architectura est en effet la seule encyclopédie technique condensée qui nous ait été transmise de l’Antiquité. C’est peut-être même la seule qui ait été écrite sous cette forme, mais elle s’inscrit dans une longue tradition de textes scientifiques et techniques, grecs ou latins, qui, d’Hésiode à Pappos d’Alexandrie, de Caton à Palladius, présente une remarquable continuité. Elle nous offre à un moment-clé de l’histoire, le début du principat, un panorama et une classification de l’art de l’ingénieur, l’architectus, comme il est nommé en latin. Pour nous en tenir au seul livre X du De architectura, consacré spécifiquement à la mécanique, on s’aperçoit que presque tous les sujets traités par Vitruve auraient pu faire individuellement l’objet d’une monographie avec un titre grec correspondant : « machines de soulèvement et principes des systèmes mécaniques » (chap. 2 et 3) : Mèchanika ; « machines pour élever l’eau et orgue hydraulique » (chap. 4 à 8) : Pneumatika ; « machines de jet » (chap. 10 à 12) : Belopoiika ; « machines de siège » (chap. 13 à 15) : Mèchanèmata ; « art de la défense » (chap. 16) : Stratègèmata.

L’équipe caennaise, depuis longtemps spécialisée dans l’étude des textes scientifiques et techniques, dans l’édition de Vitruve et la restitution virtuelle des machines de l’Antiquité propose une rencontre interdisciplinaire prenant appui sur le contenu de l’œuvre de Vitruve pour faire un point sur l’état des connaissances dans les domaines de l’ingénierie romaine. En amont du texte de Vitruve, il s’agit de comprendre comment s’est constitué le savoir mécanique romain, en aval, d’étudier l’évolution et l’importance de la mécanique romaine jusqu’à la fin du Ve siècle p.C. et, au-delà, de s’intéresser à l’influence de Vitruve sur les architectes-ingénieurs de la Renaissance. L’aire géographique prise en compte est celle de l’extension territoriale maximale de l’empire romain. Les communications porteront sur les textes (De Architectura, textes techniques, littérature « commune »), l’iconographie, les sources archéologiques (restes de machines et traces de leur emploi) et les restitutions qui peuvent en être proposées. « Restitution » est ici à prendre au sens large : descriptions techniques, dessins, maquettes physiques et virtuelles.

Colloque organisé par l’Equipe de Recherche sur les Littératures, les Imaginaires et les Sociétés (ERLIS – EA 4254), axe « Sources anciennes, Multimédias et valorisation du Patrimoine » (ERSAM – www.unicaen.fr/ersam). Université de Caen Basse-Normandie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *